Les Amis du VW LT - Forum
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-62%
Le deal à ne pas rater :
XIAOMI Mi TV Stick – Google Assistant et Chromecast intégré
23.07 € 60.16 €
Voir le deal

La controverse de Valladolid, de J.C Carrière

Aller en bas

La controverse de Valladolid, de J.C Carrière Empty La controverse de Valladolid, de J.C Carrière

Message  André Dim 21 Nov - 7:36

Pièce de théâtre, téléfilm et livre.

En 1992, j'ai vu et apprécié comme bon nombre de téléspectateurs, le téléfilm La Controverse de Valladolid, qui sera récompensé l'année suivante par le 7 d'Or comme meilleur téléfilm, meilleur réalisateur, meilleur scénariste, meilleur acteur (Jean-Pierre Marielle).

Il faut préciser que le talentueux et prolixe Jean Claude Carrière, à qui l'on doit entre autres réussites Le Retour de Martin Guerre, en avait écrit le scénario.
À la lecture du synopsis, on pourrait croire à une oeuvre ardue et ennuyeuse, puisqu'il s'agissait de raconter un débat intellectuel du XVI éme siècle devant statuer sur le sort des indiens d'Amérique centrale que les Espagnols étaient en train de conquérir. Mais non, ce n'est pas du tout ennuyeux! Au contraire : aussi habilement construit que certains films de procès américains, avec des argumentaires qui s'affrontent intelligemment, on reste fasciné en attente de savoir qui l'emportera, du prêtre dominicain Bartolomé de las Casas (1474~1566) plaidant en faveur des Indiens, ou du philosophe humaniste et théologien Juan Ginès de Sepulveda (1490~1573) expliquant en quoi ce peuple d'êtres inférieurs doit être conquis, soumis et converti.

Le légat du pape Jules II (de 1550 à 1555) arbitre avec finesse ce qu'il est convenu d'appeler une dispute, solidement défendue de part et d'autre. Ce légat, interprété par Jean Carmet, apparaît comme un raminagrobis matois observant les choses tout en sachant d'avance ce que sera l'issue de la joute.
Inutile de raconter par le menu ni le téléfilm, ni l'ouvrage, ni la pièce de théâtre éponyme de Jean Claude Carrière. Il suffit de connaître la question posée : les Indiens possédent-ils une âme au même titre que les conquérants, c'est-à-dire, appartiennent-ils à la même espèce alors que les Aztèques pratiquent les sacrifices humains institutionnels?
D'une réponse positive découlera l'interdiction de la mise en escalvage des populations indigènes malgré l'inhumanité de certaines de leurs pratiques, et la perte, pour les colons espagnols d'une main d'oeuvre gratuite.
Les enjeux étaient donc moraux et économiques.
La réponse fut positive, car la papauté avait déjà décidé d'adoucir le sort des indiens par suite des rapports reçus sur les mauvais traitements qu'ils subissaient de la part des colons. Mais en interdisant l'escalvage des locaux, l'issue de la controverse légitima en quelque sorte la traite des noirs, envoyés en compensation comme main d'oeuvre corvéable à merci aux colons qui eussent été autrement empêchés d'exercer leurs activités.

Voilà un ouvrage de faible épaisseur en nombre de pages, mais d'une forte densité sur le plan des idées et des conséquences induites par le jugment rendu. Il se lit facilement, l'écriture y étant simple et le contenu toujours intelligent. On assiste à une confrontation entre persuation et conviction intime, entre émotions légitimes et logique froide et raisonnée : un vrai débat.
En refermant l'ouvrage, on comprend comment ce qu'il est convenu d'appeler le fait réligieux, a façonné nos sociétés et continue de les façonner malgré les jérémiades des athéistes; on comprend un peu mieux la configuration de notre monde et les tensions qui en résultent aujourd'hui comme en écho de ce que furent les siècles passés.

En bref : distrayant comme un polar psychologique, instructif comme un livre d'histoire, haletant comme un thriller, émouvant comme un drame profond, cet ouvrage ne saurait être négligé. Presse Pocket N°4689, 188 pages


Précision nécessaire :

Certains historiens crurent nécessaire de mettre en garde contre la Controverse telle qu'elle était romancée, au motif qu'elle ne se déroula sans doute pas continûment mais en deux séances d'un mois chacune, l'une en 1550 et l'autre en 1551; que l'objet de la dispute n'était pas de savoir si les Indiens possédaient une âme, cela avait déjà été affirmé par le pape Paul III (de 1534 à 1549) qui "avait condamné (en 1537) l'esclavage des Indiens et affirmé leur droit, en tant qu'êtres humains, à la liberté et à la propriété".
Le but de Charles Quint (1500~1558], en convoquant le débat contracdictoire était que "se traite et parle de la manière dont devaient se faire les conquêtes dans le Nouveau Monde, suspendues par lui, pour qu'elles se fassent avec justice et en sécurité de conscience"
Certains autres historiens ergotèrent quant à savoir si la controverse eut réellement lieu sous forme orale, et plaidèrent pour une forme épistolaire.

En note, dans son livre, Jean Claude Carrière répondra simplement qu'il a fait oeuvre de dramaturge et non d'historien : "Je n'ai eu pour intention que de soumettre un récit diffus à une dramaturgie, que de tendre et durcir l'action. La vérité que je cherche dans le récit n'est pas historique, mais dramatique"

Cela ne change absolument à la qualité du livre, ni aux consquences que l'on peut tirer de sa lecture, puisque la Controverse a bien eu lieu, que l'esclavage des indiens avait été interdit et condamné, avec les conséquences que l'on sait..


Réflexion et digression.

J'ai lu la Controverse en période éléctorale (1994~1995, peut-être, je n'en ai plus un souvenir précis).
Les journalistes du moment, se pensant faiseurs d'opinion légitimes tout comme leurs successeurs actuels, avaient décidé de l'issue du scrutin avant que le vote ait eu lieu. Les deux seuls finalistes (selon leurs prévisions) les intéressaient, et en conséquences, ceux-là seuls devaient exclusivement nous intéresser nous aussi. Il était hors de question de mettre en confrontation d'autres opinions politiques, surtout si elles étaient qualifiées par ces journalistes, d'extrêmes gauche ou droite, de populistes ou de fascistes. Le débat était verrouillé, comme il est encore plus aujourd'hui par un politiquement correct plus pregnant.
Et je pensais alors qu'en des temps que beaucoup de nos contemporains considèrent comme obscurantistes par rapport à notre époque qui serait, elle, hautement éclairée et civilisée, on était capable de débattre de faits de société alors que nous en étions maintenant incapables à cause de la dictature des médias et de la pensée unique qu'ils nous dictent.

Je pensais aussi à cette assertion ridicule qui fait de l'église catholique, dont je ne suis pas, un frein au progrès et à la science, alors qu'elle avait officiellement condamné l'esclavage en 1537, que Charles Quint, dix ans plus tôt l'avait interdit dans son empire, que le prêtrte Antonio de Montesinos avait prononcé en 1511 un sermon si retentissant qu'il influença Bortholomé de las Casas, et le roi Ferdinand de Castille. Dans ce sermon, Montesinos proclamait à ses contemporains ; "je vous dis que vous êtes tous en état de pêché mortel à cause de votre cruauté envers une race innocente... Ne sont-ils pas des hommes ? Ne sont-ils pas des êtres humains ? Ne devez-vous pas les aimer comme vous-mêmes ?". En somme, c'était les droits de l'homme bien avant la proclamation des Droits de l'homme et du citoyen (1789), qui devint Déclaration universelle seulement en 1948
Rappelons aussi qu'en Mauritanie musulmane, l'esclavage n'a été officiellement aboli qu'en 1981, mais a continué à se pratiquer, et qu'il n'est un crime à part entière que depuis 2007.

Certains propos et postures de notre époque inculte sont comiques à pleurer.
Quand on pense qu'aujourd'hui c'est à des histrions de bas étage, à des footeux ignares, à des comiques ineptes ou à des psalmodieurs analphabètes qu'on demande de s'exprimer à la télévision à propos de tout et de rien, cela dit beaucoup de la vulgarité de notre temps.

André

_________________
Linux? Pas assez cher, mon fils!
André
André
Admin

Masculin Nombre de messages : 2799
Localisation : Le Pian Médoc Gironde
Emploi/loisirs : Retraité! Enfin!
Humeur : Vagabonde
Date d'inscription : 08/09/2007

http://apascual.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum