Les Amis du VW LT - Forum
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-62%
Le deal à ne pas rater :
XIAOMI Mi TV Stick – Google Assistant et Chromecast intégré
23.07 € 60.16 €
Voir le deal

La fille que j'ai abandonnée, de Shûsaku Endô

Aller en bas

La fille que j'ai abandonnée, de Shûsaku Endô Empty La fille que j'ai abandonnée, de Shûsaku Endô

Message  André Lun 25 Juin - 16:45

Roman bouleversant et tragique.

Où et quand?

Nous sommes au Japon, dans l'après guerre, à laquelle les bombes d'Hiroshima et de Nagasaki ont mis fin, mais il n'en est jamais question. Ce Japon décrit n'est pas celui des cerisiers en fleurs, des geishas souriantes, des samouraïs à l'honneur inoxydable, des entrepreneurs hardis, des jardins ratissés, des temples shintoïstes et de la zénitude ppur tous. Non : il s'agit d'un pays en partie dévasté, froid, sale où il semble pleuvoir constamment; on y sent partout le moisi et les latrines. Les personnages sont grouillants, leurs attentes triviales, leurs appétits vulgaires, leurs conditions de vie sordides. Pas si exotique et dépaysant que ça en fin de compte.

Quoi?

Yoshioka est un étudiant famélique obsédé par le besoin d'argent et de filles. Pour se procurer un argent nécessaire, il va s'adonner à des petits travaux malhonnêtes, d'abord sans le savoir puis en acceptant la chose; pour assouvir son désir, il va abuser de la crédule et fragile Mitsu avant de l'abandonner sans remord.
C'est que pour lui, son aventure d'une nuit avec cette campagnarde échouée en ville est sans lendemain. Il ne se préoccupe que de réussir dans la vie, et il va s'y employer en oubliant son passé peu glorieux. Mais après quelques années, peu à peu, l'idée de revoir Mitsu lui vient, pas pour une respectable raison d'ailleurs. Dès lors, il va la rechercher dans la grande ville et finir par découvrir son tragique destin qu'il aura contribué à rendre tel, sans qu'il se sente particulièrement coupable.

Je n'en dirai pas davantage pour ne pas amoindrir l'intérêt de cette histoire déchirante où l'on côtoie la pureté, la couardise, le cynisme, l'amour, la miséricorde, l'égoïsme.. tous ces sentiments qui siègent et parfois luttent éternellement au fond du coeur humain

Comment?

Une écriture simple, directe, sans artifice qui doit peut-être beaucoup au traducteur. Qu'on en juge :

"Sans même lui dire au revoir, ni lui faire un signe de la main, je montai dans le wagon. J'entendis une voix crier quelque chose dans mon dos -"Quand se revoit-on?"- mais les portes se refermèrent avant qu'elle ait pu terminer sa phrase. "Qui voudrait te revoir? Tu m'es complètement étrangère maintenant". Alors que le train s'ébranlait lentement, j'éprouvai une joie cruelle en me retournant vers la fenêtre : Mitsu, la bouche ouverte, incrédule, trottait le long du quai, une main à moitié levée en l'air. Elle courut le long du wagon jusqu'à ce qu'elle m'eût perdu de vue. Bientôt son visage encadré de deux tresses, son nez épaté se rapetissèrent et ses yeux de chien battu disparurent dans le lointain"

Qui?

Shûsaku Endô est natif de Tokyo (1923~1996). Reconnu comme écrivain catholique japonais majeur, il a étudié la littérature française au Japon, puis à l'université de Lyon. Couronnée par les plus grands prix littéraires du Japon, traduite en une vingtaine de langue, son oeuvre traite de questionnements spirtuels et moraux confrontés aux croyances traditionnelles qui obligent les personnages à des choix aux conséquences insoupçonnées. La Fille que j'ai abandonnée en est donc un exemple typique. Graham Greene (1904~1991), dont les préoccupations étaient proches des siennes, a considéré l'oeuvre de Endô comme "celle d'un des plus grands romancier de son temps"
Une dizaine de ses romans ont été portés à l'écran. Cela dit assez la force de ses histoires.

Conclure?

J'ai beaucoup apprécié l'histoire de Mitsu, cette jeune campagnarde victime d'une trop grande naïveté. Sous une apparence disgracieuse, elle abrite une capacité à aimer indestructible comme tout homme rêve d'en rencontrer au cours de sa vie, mais qu'il ne sait pas reconnaître quand l'emballage ne correspond pas aux canons esthétiques et sociaux de son temps très flatteurs pour sa fatuité.

En quelques mots, c'est l'histoire des conséquences désastreuses d'une rencontre entre un salopard et une âme bonne, entre le mensonge et la vérité, entre le bien et le mal. On pourrait presque dire : une histoire quotidienne, à peine romancée. D'ailleurs, dans la postface, l'auteur dit s'être inspiré de la réalité pour ce qui concerne Mitsu et sa destinée


La Fille que j'ai abandonnée, 250 pages en gros caractères, Chez Denoël collection Empreinte, traduction remarquable de Minh Nguyen-Mordvinoff

Du même auteur chez Denoël : Silence et Douleurs exquises (je ne les ai pas lus, je ne peux rien en dire, sinon que j'ai envie de les découvrir)

Sans doute existe-t-ils des versions Poche, Folio etc. Si indisponibilité, il faudra aller les chercher en bibliothèque.

André

_________________
Linux? Pas assez cher, mon fils!
André
André
Admin

Masculin Nombre de messages : 2799
Localisation : Le Pian Médoc Gironde
Emploi/loisirs : Retraité! Enfin!
Humeur : Vagabonde
Date d'inscription : 08/09/2007

http://apascual.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

La fille que j'ai abandonnée, de Shûsaku Endô Empty Comme toujours...

Message  Invité Mer 27 Juin - 15:10

Cher André,

Comme toujours, tu me donnes envie de lire ce livre et dès demain, je passe à l' espace culturel de chez Leclerc.
Je vais bien finir par avoir les livres qu' il me faut pour partir.

Merci, je t' embrasse ainsi que Martine et Sarah

Myosette

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum