Les Amis du VW LT - Forum
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le deal à ne pas rater :
Fnac : 15% de réduction sur toutes les TV de 55″ est plus
Voir le deal

Rue des Bons-Enfants, de Patrcik Cauvin

Aller en bas

Rue des Bons-Enfants, de Patrcik Cauvin Empty Rue des Bons-Enfants, de Patrcik Cauvin

Message  André Jeu 13 Juin - 16:58

Jolie romance marseillaise


L'histoire :

Tout le monde a vu et revu la trilogie de Marcel Pagnol.
Le soleil ruisselle sur les tuiles. Dans l'ombre fraîche des ruelles, on sent l'anis qu'exhalent les bars à travers le rideau de perles filtrant la lumière sur le seuil. Il y a du linge qui sèche aux fenêtres, les gens s'interpellent, les répliques fusent avec cet accent qui réjouit les coeurs. Et l'on rêve sa vie, on se rencontre, on s'aime, on se sépare, on se retrouve. C'est Fanny, c'est Marius, c'est César, Escartefigue et les autres.

A peu de choses près, le succulent roman de Patrick Cauvin raconte la même histoire qui se déroule sur une période de vingt cinq ans.
En 1922, Pascal, surnommé Frise Poulet rencontre Séraphine, dite Fine. Ce sont des gamins aux caractères déjà bien affirmés : ils se mettent une peignée dès leur première rencontre, et curieusement il en naîtra une amitié indéfectible qui ne demandera qu'a se muer en amour éternel. Pascal est fils d'un maquereau flamboyant; il vit dans la populaire rue des Bons Enfants, chez sa grand mère, la mémé Marocci. Séraphine est fille d'un industriel jouisseur qui passe plus de temps en compagnie des créatures que sur ses cahiers de compte. Bien que vivant dans une villa huppée des beaux quartier, il est ami du souteneur. C'est par ces circonstances improbables que les destinées de Fine et de Frise Poulet se croisent et se décident pour jamais.

Les enfants jouent ensemble sous l'oeil attendri de leur géniteur respectif;  ils apprennent à se connaître et finissent par devenir inséparables. Ils grandissent, de nouvelles émotions les saisissent, ils deviennent alors ce pour quoi ils étaient nés. Mais voilà que la guerre survient, Marseille doit faire face à des nécessités imprévues, des choix s'imposent aux jeunes gens, les routes divergent, la séparation est inévitable. On pense à Marius qui embarque, à Fanny qui reste et, comme dans l'histoire de Pagnol, les retrouvailles adviendront en leur temps, après bien des péripéties et des angoisses que les temps mauvais de la guerre, de la collaboration, de la résistance  suscitent. Mais qui résiste, qui collabore, qu'est-ce qui est blanc ou vraiment noir?

Cette histoire est pleine de rire, d'éclats de voix, de bon mots, d'émotions, et de tendresse à l'égard de presque tous. Les dialogues sont ciselés avec cette tournure typique de là-bas popularisée par le cinéma. Quand on les lit, on ne peut s'empêcher de les entendre avec l'accent qui chante sur un fond sonore de cigale, de corne de brume et de criée aux poissons en provenance du port, toujours agité, toujours grouillant, jamais silencieux si ce n'est au moment de certains jours de l'occupation.On sourit, on se sent plein d'empathie pour Fine, Pascal, la mémé Marocci, et les seconds rôles pittoresques, qu'il s'agisse des amis ou des prostituées affables. On vit leurs amours, on s'embrasse, on veut savoir comment l'histoire se termine et en même temps on ne voudrait pas qu'elle finisse.

 L'auteur :

Patrick Cauvin est le pseudonyme que Claude Klotz, auteur de polars noirs, utilise lorsqu'il nous brosse des récits sentimentaux. C'est dans ce genre qu'il connut un succès international avec L'Amour aveugle. Suivront d'autres réussites telles que Pourquoi pas nous?, Monsieur Papa, E=mc² mon amour, Werther ce soir, Pythagore, je t'adore, etc. Plusieurs seront portés à l'écran, en France et États Unis.

Né en 1932 à Marseille, il est mort en 2010 après des études de philosophie en Sorbonne, le professorat de français dans un CET de Bezons (qui deviendra plus tard un LEP), un travail de nègre pour Joseph Joffo et son best-seller Un sac de Billes, une carrière de critique de cinéma à Pilote puis à VSD, et une double activité littéraire sous son nom et sous celui de Cauvin qui sera plus célèbre que Klotz

Un auteur prolifique donc.

En conclusion rapide

C'est un livre réjouissant, plein de couleurs et de sentiments comme on les aime, couronné par le Prix des Maisons de la Presse en 1990, ce qui n'est que justice face à tant d'écrits prétentieux primés chaque année.

Au moment de sa sortie, le critique littéraire de l'Express a écrit à son propos : "Rien ne vaut un bonne histoire d'amour, classique, émouvante, pourvu qu'elle soit bien troussée, avec ce tour de main du professionnel qui n'a pas oublié la fraîcheur des commencements sur fond de bandes d'actualités". Et c'est bien vrai, j'en suis tout à fait d'accord.

À lire en hiver, au coin du feu, pour se réchauffer l'âme, ou en été,au soleil, pour avoir l'esprit en accord avec le temps qu'il fait.


Rue des Bons-enfants, Patrick Cauvin
Paru en 1990, 1992 pour la version Poche
376 pages
Livre de Poche

_________________
Linux? Pas assez cher, mon fils!
André
André
Admin

Masculin Nombre de messages : 2799
Localisation : Le Pian Médoc Gironde
Emploi/loisirs : Retraité! Enfin!
Humeur : Vagabonde
Date d'inscription : 08/09/2007

http://apascual.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum